Lecture d'été...


On rattrape le retard!
Une seule nouveauté dans mes lectures pour cet été (merci Passage Cordeliers) car j'ai pas mal de retard à rattraper dans les livres achetés au cour de l'année 2017 et même 2016 (oups!!!). Pour une bibliophile comme moi je peux vous dire que j'ai eu du mal à ne pas me jeter sur les présentoirs des librairies pour m’offrir quelques nouveautés pour mes vacances d'été 2017. Ceci dit, je me suis rattrapée sur de très belles lectures pour mes enfants, mais ça c'est une autre histoire, je vous en parlerai bientôt.
J'aime bien que mes lectures d'été me fassent voyager, c'est pour cela que je choisis souvent des romans ayant pour cadre une belle destination. Cet été je vais d'abord me balader à Venise, ville dont je suis tombée amoureuse dès ma première visite là bas. Depuis ce coup de foudre, je suis en recherche permanente de roman, polar ou autre lecture ayant pour décor principal la cité des Doges. J'ai exactement la même maladie pour New York.
Première destination: Venise!
Commençons par les enquêtes du Commissaire Brunetti écrites par Donna Leon. J'adore cette série car en plus de la belle écriture de Donna Leon que j'aime beaucoup, je me balade principalement dans le Venise des vénitiens, hors des sentiers battus des quartiers touristiques! Souvent je sors même ma carte de Venise afin de situer l'action, une révision permanente de cette ville plus que merveilleuse pour moi. Il existe une vingtaine de romans de cette série et je prends un réel plaisir à les découvrir. Le roman a été adapté à la télévision par une chaîne de télévision allemande.

Deuxième destination: Les États-Unis!

Alors là c'est un vrai pot-pourri que je vous propose avec pour seul lien commun, les États-Unis! Je ne connais aucun des trois auteurs et j'ai vraiment choisi ces trois livres en lisant la quatrième de couverture. Je vous en dirai plus dès que je les aurai lus.
Les divins secrest des petites Ya-Ya de Rebecca Wells
"Une danseuse de claquettes maltraite ses enfants. »
Quand Vivi Walker lit dans le New York Times le portrait que brosse d'elle sa fille Siddy, metteur en scène à succès, elle la renie sur-le-champ. Afin de renouer le dialogue entre la mère et la fille, Necie, Teensy et Caro, les amies intimes de Vivi, finissent par la persuader d'envoyer à Siddy son album souvenir : « Les Divins Secrets des Petites Ya-Ya. »
Siddy va alors plonger dans l'univers des Ya-Ya, du nom cajun que les quatre amies se sont donné avant-guerre, lors de leur folle jeunesse en Louisiane. Elle découvre un petit groupe à part, soudé par une amitié que rien - ni les mariages, ni la naissance de nombreux enfants - ne pourra jamais affaiblir. À travers ces souvenirs fragmentés, Siddy perçoit aussi les zones d'ombres de la vie de sa mère, drames intimes et douleurs tues, offrant une image inattendue de l'exubérante Vivi, en femme meurtrie que seul le soutien indéfectible de ses amies a pu maintenir debout.« "Fume, bois et ne pense à rien'' : telle est la devise des Ya-Ya, empruntée à Billie Holiday [...]
"


Le Joy Luck Club de Amy Tan!
"Comment vivre la Chine en Amérique ? Deux générations de femmes, quatre mères, quatre filles livrent leur histoire. En 1949, quatre Chinoises, ayant récemment immigrées à San Francisco, se retrouvent pour discuter. Unies dans leurs espoirs et leurs pertes, elles décident de former le Joy Luck Club.
Resurgissent alors les senteurs et les saveurs d'autrefois. On croise des bébés mariés à la naissance, des soeurs jumelles perdues sur une route d'exode, la Dame Lune qui exauce les voeux des enfants, des concubines jalouses
et humiliées...
Nostalgique et amère parfois, la fable se heurte à un autre langage. Celui d'une deuxième génération qui aspire à une vie différente libérée du poids de la tradition. Au carrefour de ces deux mondes : Jing-mei. La jeune femme découvre au Joy Luck Club la force de l'héritage laissé par les mères. Naît alors l'espoir d'une réconciliation car les liens du sang sont indéfectibles...
"


Manhattan people de Christopher Bollen!
"Comme la majorité des New-yorkais, Joseph Guiteau n’est pas né à Manhattan. Dans son cas, il a quitté le Midwest quinze ans auparavant pour devenir acteur à New York. Malgré son physique de jeune premier, il n’a cependant jamais véritablement percé. Quand on le rencontre, Joseph est à l’aube de ses trente-trois ans, et se trouve rongé par un secret inavouable : tous les hommes de sa famille ont subi une mort soudaine à l’âge de trente-trois ans."

Connaissez-vous Les enquêtes du Commissaire Brunetti?
Connaissez-vous un des trois romans cités au dessus?
Quelles sont ou ont été vos lectures pour cet été?

Bonnes vacances aux aoûtiens!